RECYCLAGE DU PLASTIQUE EN BRIQUES ET PARPAINGS

Et si c’était la fin de la pollution plastique… !

Qui aurait cru que tous ces déchets auraient été un jour utilisés pour la fabrication d’une maison ? C’est tout de même plus sain de leurs donner une seconde vie que de les enterrer ou de les brûler, au risque de polluer les sols et les rendre stériles ou de contribuer a l’effet de serre et empoisonner notre air ! Oups déjà fait … ! N’oublions pas que le plastique met pas loin de 500 ans pour être dégradé dans la nature, et que pendant ce temps de nombreuses espèces marines meurent d’occlusion intestinale à cause de l’ingestion de ses plastiques… On estime que plus d’un million d’oiseaux et 100 000 mammifères marins meurent chaque année à cause de notre ignorance. selon une étude publiée dans la revue scientifique américaine en ligne, PLOS One,  près de 269.000 tonnes de déchets plastiques flotteraient à la surface des océans dans le monde. Des chiffres plus qu’alarmants.

pollution-mer

midway_albatros_pollution_plastique_1-600x455

11800093_1619952581585822_3254155262327674788_n

En Nouvelle-Zélande:

Peter Lewis, inventeur néo-zélandais, a mis en place une machine qui à partir de plastiques, crée des parpaings . Cette machine a la capacité de produire environ 15 parpaings de 10 kg par heure. A l’origine cette machine a été créée pour construire des murs de garage, mais Peter souhaiterait étendre sa production vers des maisons écologiques pour les victimes de catastrophes naturelles.  Cet inventeur, fortement engagé au niveau du développement durable, souhaite venir en aide aux populations les plus pauvres. Au début de cette année, un responsable de la déchetterie de Dunedin, une ville de Nouvelle Zélande a décidé d’accorder sa confiance à Peter et le ministère de l’environnement Néo-Zélandais lui a octroyé une subvention de 20 000 dollars afin de finaliser sa machine. Une fois que celle-ci sera totalement opérationnelle, elle permettra à la ville de Dunedin de réduire fortement le nombre de déchets plastiques s’accumulant en déchetterie.

 

??????????????????????????????

En Colombie:

Oscar Mendès et son entreprise, fabriquent des maisons écologiques avec des briques de plastiques pour les sans-abris et les victimes de catastrophes. Dans la présentation de son concept sur ChangeMakers, Oscar Mendez, a insisté sur le fait qu’il était important pour lui de répondre à la crise du logement, mais également au traitement des déchets plastiques afin de rendre le monde meilleur. La société du nom de Conceptos Plasticos a décidé d’éradiquer la crise du logement en Colombie en offrant aux sans-abris un logement écologique en recyclant par la même occasion les déchets plastique qui s’accumulent. Chacune de ces briques est composée d’emballages plastiques de toutes sortes, mais également de vieux pneus. Pour l’instant, l’entreprise recycle environ 100 tonnes par mois, mais aimerait pouvoir recycler 300 tonnes de plastiques, ce qui permettrait à terme de construire 50 logements par mois.

briques-en-plastique-conceptosplasticos-com_

logement-demontable-conceptosplasticos-com_

Grâce à ce genre de personne, nous espérons que la planète se dépollue, oui mais à nous aussi d’arrêter de cautionner la production de produits non reclyclables. Arrêtons tout simplement de les acheter ! Plus de demande, plus de production, c’est aussi simple que ça… A vous de jouer … Le sort de la planète est entre vos mains … Si la planète meurt, nous mourrons aussi.

source: https://www.location-francophone.com

 

STOP AUX MICROBILLES

 

La pollution par les micro-plastiques, en augmentation constante dans les océans, pourrait sérieusement menacer les populations d’huîtres et d’autres mollusques, selon une étude française dont les résultats étaient publiés dans les Comptes rendus de l’Académie américaine des sciences (PNAS) lundi 1er février 2016 aux Etats-Unis. Ces micro-billes mesurant entre 0,1 mm et 0,15 mm de diamètre, proviennent à la fois de la fracturation des morceaux de plastiques déversés dans les océans sous l’effet des courants, mais aussi directement des rejets industriels, notamment dans les secteurs vestimentaire et cosmétiques,  qui en utilisent en grande quantité depuis les années 90. Leur petitesse les empêche d’être filtrées lors de leur passage en usine de traitement des eaux usées. Rien que dans l’Etat de New York, 19 tonnes de microbilles seraient rejetées dans les conduits tous les ans, selon les recherches de Sherri Mason, qui étudie les microbilles à la State University of New York. Au Royaume-Uni, 16 à 86 tonnes de microplastique provenant des exfoliants pour le visage seraient rejetés dans les eaux tous les ans.  Selon une récente étude publiée dans la revue Environmental Science & Technology, plus de 8000 milliards de microbilles s’invitent dans les habitats aquatiques chaque jour. Un seul tube de ces cosmétiques peut en contenir des milliers.

 

f8f07b428d385be1

Les microbilles sont ingérées par des organismes vivant dans les océans ou les lacs, poissons, baleines, plancton, etc. Par conséquent, ces microbilles peuvent se retrouver directement dans nos assiettes. Qui plus est, lorsque celles-ci se dégradent, elles peuvent libérer des substances chimiques qui sont des perturbateurs endocriniens. « Elles jouent un rôle de transport des contaminants, comme un buvard », explique auHuffPost François Galgani, chercheur à l’Ifremer.  En effet leur surface absorbante peut concentrer des polluants toxiques tels que des biocides, pesticides, hydrocarbures et autres polluants organiques persistants (POP)s.

 

 

En attendant que les grandes sociétés arrêtent de produire des cosmétiques constitués de microbilles, une application nommée beatthemicrobeads créée par deux ONG néerlandaises en 2012, permet de scanner les produits et de détecter la présence de celles-ci. Comme l’explique l’association Surfrider Foundation, dès qu’il y a écrit « polyéthylène » dans la liste des composants d’un produit, vous pouvez être sûr qu’il s’agit de microbilles.

 

microbilles-38655

 

Attention donc a ce genre de produit:

– gommage                                   – crème pour les mains

– crème anti ride                         – shampoing

– dentifrices                                   – savons

– déodorant                                   – eye-liner

– produit ménager                      – panneau réfléchissant

– peinture                                       – encre

– coussin de maternité             – oreiller

– pouf

 

Voici un site où vous pouvez trouver les produits à éviter: http://beatthemicrobead.org/fr/liste-de-produits

 

Après le vote des Etats-Unis en décembre 2015 validant l’interdiction des microbilles de plastique présentes dans divers produits cosmétiques, la France a validé le 20 juillet 2016 devant le Parlement, la loi Biodiversité prévoyant donc l’interdiction des micro-billes exfoliantes des cosmétiques à partir du 1er janvier 2018. Les cotons-tiges en plastique devront également disparaître de nos rayons dès 2020.

Préparés à cette interdiction, plusieurs grands groupes ont déjà fait savoir avoir pris leurs dispositions. Les industriels sont encouragés à les remplacer par des « particules d’origine naturelle non susceptibles de subsister dans les milieux et d’y propager des polluants.

 

Remplacement naturelle:  sucres, poudres minérales, noyaux de fruits, mare de café …

 

 

source:

http://www.marieclaire.fr/

http://sain-et-naturel.com/

 

 

Centrale solaire 100% made in france

CAxfPmNWsAA6AKq

C’est dans la petite commune d’Aigaliers dans le Gard (500 habitants) que tout a commencé. En 2009, le conseil municipal commence à étudier l’implantation d’un parc photovoltaïque sur son territoire. En 2010, après avoir fait évoluer le plan local de l’urbanisme pour l’implantation de ce champ photovoltaïque, le conseil municipal lance un appel public à concurrence à l’échelle européenne. Sur les 24 candidatures, c’est Urbasolar qui fut choisi « pour ses qualités environnementales et ses conditions technique et financière« , affirme Daniel Boyer, le maire de la commune. Problème, exactement au même moment le gouvernement décide d’un moratoire de trois mois pour crever une bulle spéculative sur ce type de projet. Dorénavant, pour l’installation et l’exploitation de grandes installations solaires (de plus de 250kwc), il faudra répondre à un appel d’offre national. C’est alors qu’Urbasolar propose au conseil municipal d’opter pour une technologie innovante et ainsi se différencier de la concurrence. Un choix judicieux et concluant : le projet fut retenu par le ministère de l’Ecologie fin 2012 (CRE1).

Le lieu choisi est très discret, pour ainsi dire invisible pour la population. Vingt-deux hectares pour une puissance totale de 10 MWc dont 30% proviennent des 1400 modules à concentration solaire, auxquels s’ajoute une partie photovoltaïque. Les modules a concentration sont des lentilles de Fresnel qui concentrent environ 500 fois le rayonnement solaire avant de toucher la cellule photovoltaïque. Ainsi, le rendement est censé atteindre 30 à 40%, soit le double du rendement des modules photovoltaïques « classiques », à insolation directe. Cette technologie de précision nécessite des trackers deux axes pour une orientation optimale par rapport au soleil. Lorsque l’ensoleillement s’arrête, la production stoppe net, contrairement aux panneaux classiques. D’où l’intérêt de chercher des clients sur des zones géographiques très ensoleillées et aussi avec peu de vent, car « au-delà d’une certaine vitesse de vent (58.3 km/h), les tables se mettent en berne (à l’horizontal), car leur prise au vent est trop importante et une fois à l’horizontal, elles ne produisent plus ! », prévient Urbasolar.

Nécessitant un investissement de 30 millions d’euros, la centrale est destinée à alimenter en électricité 5.800 foyers, prioritairement à proximité du site. Elle a été mise en service le 1er septembre 2015. 

Reportage vidéo: https://www.youtube.com/watch?v=8nhgg0qUD4I

source: actu-environnement.com et france3-regions.francetvinfo.fr

Le verre photovoltaïque

timthumb

 

Un verre incroyable photovoltaïque pour nous permettre d’avoir une source d’énergie autonome. C’est génial !!!

Imaginez vous, plus besoin de chargeur pour votre téléphone ni pour votre ordinateur …, une voiture avec un pare-brise à énergie solaire permettant d’éviter les rejets polluants, une maison avec des panneaux solaires et des vitres solaires,.

 

 

16220013834_3787e79be5

 

Une équipe de chercheurs de l’université du Michigan a conçu un concentrateur solaire qui capte des ondes lumineuses en dehors de notre spectre visible. Des sels organiques  absorbent les ultraviolet et l’ infrarouge et les transmettent sous une autre forme de lumière infrarouge à la périphérie de l’écran. Cette onde lumineuse secondaire est captée par des petits panneaux solaires plus traditionnels disposés en périphérie.  Ce système baptisé TSLC (transparent luminescent solar concentrator) est donc une sorte de catalyseur et de guide pour la lumière du soleil. Pour le moment, les équipes ont un rendement très faible. Mais c’est déjà une avancée pour vivre en harmonie avec notre belle planète.

 

LES JOURNEES MONTAGNE PROPRES

Samedi 20 juin 2015, via les réseaux sociaux, des volontaires ont participé au nettoyage des domaines skiables de Peyragudes, Piau-Engaly, Grand Tourmalet, Luz-Ardiden, dans les Hautes-Pyrénées (65), et Gourette et La Pierre Saint-Martin, dans les Pyrénées-Atlantiques (64). Confirmant l’intérêt du grand public pour son environnement, en seulement deux jours plus de 1 200 bénévoles avaient répondu « présent ». 4,5 tonnes de déchets ont été ramassées ! (mégots, canettes, bouteilles, emballages, gants, bâtons…) A noter que la Journée Montagne Propre sera organisée à Cauterets le samedi 29 août 2015. Nous devrions tous faire la même chose partout. Nous devrions même instaurer un programme scolaire une  fois par mois (pendant les NAPE) pour sensibiliser les plus jeunes pour que cela deviennent une habitude pour eux.

Protégeons notre Terre-Mère.

image showing earth sinking in heavy water pollution with tons of plastic containers Source : https://lepetitpyreneen.wordpress.com/2015/06/24/montagne-pyrenees-nettoyage-des-domaines-skiables-npy/

LA BROSSE A DENTS BIODEGRADABLE

En effet pas moins de 264 millions de brosses à dents par an sont jetées dans nos poubelles !!! Sachant que celles çi sont faites de plastique qui mettent 500 ans pour se dégrader, il fallait trouver une solution.

La société Ecobamboo propose une brosse à dent 100 % biodégradable

brosse-a-dents-biodegradable-ecobamboo-01.

  • Son manche est en bambou moso, dit bambou d’hiver. Cette plante a la caractéristique de produire naturellement des agents anti-microbiens et sa croissance est la plus rapide au monde : jusqu’à 1m/jour; ce qui évite l’utilisation de produits chimiques. De plus elle n’est pas consommée par les pandas .
  • Les poils de cette brosse sont en nylon 4 biodégradable ( ne contiennent pas de bisphénol A ).

A la fin de sa vie, vous pouvez mettre la brosse à dent au composte (1 an contre 500 ans pour sa dégradation ).

Vendu par www.sans-bpa.com ou par www.ecco-verde.fr entre 4 et 6 €.

LA SOLUTION EST A PORTER DE MAINS, A VOUS DE LA SAISIR !!! 

Source : http://www.bioalaune.com